Se méfier de l’eau qui dort

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

Se méfier de l’eau qui dortL’histoire de l’eau qui dortChapitre I.Préambule Cette histoire est une suite aux récits « Descente en Enfer » et « La vie d’après »…Vincent n’est plus l’acteur, c’est Isabelle, la première, que j’incarne…Isabelle raconte sa rencontre avec Vincent, détaille cette relation qui va reconstruire sa libido… De maîtresse d’école rangée, elle se transforme peu à peu, au contact de Vincent, puis, voyant qu’il a peur de s’attacher, elle va vivre d’autres aventures…Chapitre II.VincentJe suis enseignante, depuis pas mal d’années, j’instruis vos enfants, leur apporte un peu de savoir, je les initie au langage, à l’écriture, à la vie…Ce que j’adore dans ce métier, c’est la part que prend le jeu dans la vie des petits…J’aimais regarder les animaux, dans les zoos, les parcs, dans les reportages télé, j’aimais leurs jeux innocents, voir vivre les bébés… Sans doute ceci a pesé dans ma décision d’enseigner…Le jeu y est présent à chaque instant, les plus grands s’enhardissent, se croient forts et libres… Heureusement que maman veille ! Ou moi…Ma vie se résume à ma classe, ma maison, mes 4 enfants.Je viens de me séparer de mon dernier ami, j’ai retrouvé un équilibre fragile…Mon avenir sentimental reste sombre, heureusement que ma classe m’apporte son lot de sourires, d’aventures dans la cour, les jeux des enfants, et leur innocence…Pour repartir du bon pied, j’ai trouvé qu’internet offrait cette sécurité du virtuel, où l’on peut se cacher, se dévoiler petit à petit, dans des sites de rencontres.Mais ma ville est un gros village, et y rencontrer des hommes m’effrayait un peu…En fait, j’ai surtout besoin de retrouver en urgence, une libido normale…Je ne suis pas accro au sexe, mais, il en faut un minimum, pour mon équilibre…Et si je peux joindre l’utile à l’agréable… Donc je passe en revue les gens de mon âge 35 / 40 ans, et de mon niveau d’instruction… Mais le dernier point est sûrement superflu pour l’usage que je dois en faire, il me donne bonne conscience…Est-ce que le sexe me manque ? Je dois l’avouer maintenant… Oui… Je suis nerveuse, je suis mal dans mon corps, qui attend des visites intimes…Je ne suis pas adepte de la masturbation, bien que ça puisse calmer quelques heures…Autant rechercher quelqu’un d’agréable physiquement, d’instruction égale à la mienne, libre si possible… On verra après.Tout ce que j’ai fait jusqu’à présent a échoué, en commençant par des collègues, lors de réunions annuelles, des colloques, j’ai compris…Mes essais d’aventures en boîte de nuit, se sont soldés par des attouchements de boutonneux dans le parking, du zizi-pan qui m’ont plus écœurée que rassasiée…Mon but c’est réussir la première rencontre… Quand je devrais choisir entre OUI ou NON…En discutant par messagerie, puis au téléphone, sentir son honnêteté, ressentir une attirance, avoir quelque chose en commun, une entente morale et aucun barrage physique…Bien que son sexe puisse faire le travail quel que soit sa tête…C’est clair, j’aimerais jouir dès la première fois !…Je n’ai plus le temps d’attendre…Donc, rencontre dans un bar, le monde me rassure…Puis apéro, pour me donner des forces, briser mes chaînes…Si ça matche, que tous les feux sont au vert, premier contact rapproché, restaurant, cinéma, discothèque… Echanges plus intimes… Et le Graal direction maison, hôtel…Mais je garde aussi une option « urgence »… En voiture, dans la nature, et tout endroit susceptible d’offrir un abri discret pour quelques minutes…Que ferais-je pour un premier émoi sexuel depuis des mois ?…Mes deux premiers contacts, étaient du vent… Menteurs, dragueurs… Dans la ville à côté, un bar à touristes… Adieu en 10 minutes…Un autre avec une tête qui me faisait rire… Non… Merci, je me retiendrai…Puis trois dans la même semaine… Avec plus de moins que de plus…Pourtant tous avaient passé les premiers échanges par mail, et le coup de fil du rendez-vous accepté…Une heure de perdue chaque fois, une heure de nounou, une heure en voiture… Une heure d’espoir…Déçue ? Affirmatif… Je retrouve Vincent sur mon ordinateur… Photo assez jolie, visage charmeur, bien coiffé, un verbiage châtié, instruit, bonne situation, étude secondaires… Après plusieurs mails, je me décide… Il semble au-dessus du lot…Mais je garde un œil ouvert… Téléphone, SMS, rendez-vous, toujours dans l’incognito de ce bourg… J’y avais habité dans ma jeunesse et j’y connais quelques restaurants et des parcs tranquilles, même des sous-bois accueillants pour les amoureux…Je n’ai jamais été une bête de sexe, mon premier copain et le second m’ont apporté le minimum vital, deux fois trois ans de vie en commun, mais pas mariés, juste pacsés pour le second… Ils m’ont fait 2 enfants chacun…J’avais espéré l’éternité…Mais non… Trompée ou délaissée, la fin a été identique… Trois ans de vie commune auraient dû sceller notre amour… Au contraire, chaque fois il s’est effiloché…4 enfants… Travail de plus en plus prenant, et responsabilités accrues… Directrice en fin de bail… Séparation avec consentement mutuel, pas de rage, juste du dépit… Au début…Je roule avec mon Scénic 7 places sur la grande route, trouve une place et me gare près de ce bar… Le même…Je le repère immédiatement… Il n’a pas triché…Oh, il a été très franc… Il est seul après une déception, un décès… Il a été marié. Il cherche à remonter la pente, refaire le chemin à l’envers… D’abord tester sa virilité, mise en cause par son ex…Je souris, on se serre la main, je m’assieds face à lui…Photo… Oui, dans mon esprit… Il est génial… Je ne suis pas en passe de choisir, ma ligne est loin d’être parfaire, des seins un peu lourds, des hanches, des cuisses, un petit ventre, mais rien de bien rebutant, parait-il…Je fais attention à ma ligne et nos premiers propos reprennent notre dernier échange téléphonique… Rien de bien profond, juste de quoi lancer la conversation, en laissant nos yeux nous habituer à l’autre…Alors ? Verdict toujours aussi positif ?Oui… Il me plaît… J’ai la minette qui picote quand je cherche à voir une quelconque bosse…Je me traite de folle… Névrosée, cougar en manque de cul !…Ma tenue sévère dénote un peu dans ce pub moderne… Les jeunes sont attroupés dans un coin et rient, écoutent de la musique, s’embrassent…Il est en train de décrire son travail, a fait un détour par sa vie de couple, sa dernière histoire triste, et il s’arrête, me laissant la parole…J’en dis un peu plus sur mon boulot, mes responsabilités, mes ex, mes enfants, mes loisirs, et bute sur le plus important… Le plus urgent…Comment continuer cet entretien, sans engagement ?Finalement je fais un bref résumé dans ma tête et la colonne des moins, reste vide.Donc, il m’en faut plus… Il me faut parler encore, mais d’une façon plus intime, où on peut s’évaluer ? Poser d’autres questions directes… En confiance…-On continue dans un restaurant ?Ouf !… C’est sorti !… Quand je me lève, tandis qu’il règle les verres, je peux gratter mon sein droit… Je me sens bizarre… Il a laissé tomber un « Oui, avec plaisir… »Je lui fais un super sourire avec mes yeux bleus et mes cheveux courts, carotte…On prend nos voitures, on se suit, ce n’est pas loin, à la campagne, une auberge réputée…Il aurait pu espincher mes jambes, ou explorer mon décolleté, pour me montrer son intérêt, si j’étais montée avec lui…On ne pense pas à tout la première fois…Je défais un bouton du chemisier…Mon téton me regratte… Je pense à ce que je vais peut-être faire…C’est moi qui le guide, il ne connait pas cet établissement…Des souvenirs reviennent… Avec mon premier amant, le papa des deux premiers…Nous étions sur la terrasse, en été… J’étais en chaleur…Il badait sur mes seins qui se voyaient à travers mon chemisier transparent…J’avais un soutien-gorge à la mode, un pigeonnant… Je crois que le pigeon, c’était moi…Le serveur fut sensible à ma jupe sous la table et ses yeux allaient du haut vers le bas et inversement… Mon ami était plongé dans la carte…J’avais esquissé un sourire… Il avait plongé son regard noir dans mes yeux!…J’en ai frissonné d’aise et de désir, et remonté ma jupe sur mes cuisses…Ces quelques centimètres qui font la différence… Une sorte de récompense…Il vint souvent sous des prétextes futiles…Je choisis la même place… Vincent me suit…Pas beaucoup de monde ce soir, le serveur est une serveuse…Je souris… Et si ??? Non !… C’est un peu tôt… Je ne suis pas lesbienne…L’idée m’a traversé l’esprit, et nos regards se croisent enfin… Nous sommes plus proches, dans ce cadre de verdure aux lumières discrètes…Vincent me parle de lui, de ses goûts en musique, de cinéma, il aime danser, il aime les balades en montagne, les lacs, la nature, les animaux… Tout ce que j’apprécie…Les plats sont délicieux et surtout le vin qui commence à me bercer…-Si tu veux, ce soir je suis libre, je n’ai pas mes enfants ce week-end…Tu peux découvrir mon antre…C’est sorti comme ça, tout seul, sans penser à mal… Juste à me faire du bien… Et rester dans cet état second où le vin m’a plongée…Il paie… On se retrouve sur le parking…Nos voitures sont garées côte à côte… Je ne vais pas revenir ici… Il me suivra…Mais la tentation est trop forte… On se retrouve l’un contre l’autre, nos lèvres se joignent…Je ne feins rien, mon ventre appuie contre le sien, tandis que nos langues font connaissance…Je sens son désir…Le mien arrive !…Je mets fin aux ébats… Il me plait, je vais me faire défoncer d’après ce que je viens de ressentir…Ma chatte est d’accord et coule de bonheur… Enfin, je vais me faire sauter !Je passe devant, ouvre la porte d’entrée… Puis je referme à clé…Il me sourit… Je me love entre ses bras, envoie balader mes chaussures…Le baiser est torride… Sensuel, profond, tendre, comme je les aime… Ses bras m’enserrent, je sens son ventre qui me désire, je fonds…Je passe ma main sur son pantalon…Il déboutonne mon corsage…Ses mains explorent…. Je suis sur un nuage, il doux, actif…Je libère mes seins… Lui offre mes deux melons charnus…Quand il les touche, mes pointes s’érigent… Il les embrasse…Un instant de plaisir de femme… Je me sens partir, m’envoler…Je l’aide à ôter mes vêtements, puis l’entraîne vers le sofa, en culotte…Il se déshabille, s’agenouille et vient la retirer…Je m’allonge, cuisses repliées, offerte…Ma main effleure sancaktepe escort son sexe qui me faisait rêver… Il contemple mes poils roux, je sens sa langue…J’explose, je gémis… Je le guide, je le veux, j’ai trop attendu cet instant…Je l’attire sur moi, il arrive et me prend…Son membre va et vient, je gémis, je le veux, je veux qu’il me défonce !-Viens dans ma chambre… 3 mois que je suis en manque…Je monte lentement l’escalier en bois, devant lui, aussi nue que lui… Je ne résiste pas, son membre encore luisant à quelques centimètres de ma bouche…Assise sur une marche, je m’en saisis, le guide entre mes lèvres, l’aspire, le suce, découvrant le gland, salivant la hampe… Mes lèvres glissent, surfant le long de ce dard qui durcit de désir… Je le masturbe avec tendresse, je donne toute mon expérience, il grogne de plaisir…Je calme mon ardeur, caresse ses bourses, reprends ma fellation…Je le gobe en entier, bien au fond de ma gorge… Il balance son bassin, savourant cet instant, en malaxant mes seins…Mais il grogne plus fort, et je dois interrompre… Je le veux dans ma chatte…Je gagne mon lit, à 4 pattes, mon bassin relevé, en position, ouverte et suintante…Il me prend en levrette, bandé comme un cheval, pilonnant mon vagin, mes seins dans tous les sens… Je jouis sans relâche…Il plante son engin, agrippé à mes hanches, il me baise, en attrapant mes seins, les massant avec fougue, pinçant mes bouts dressés…J’explose entre ses doigts, un orgasme m’embrase ; je crie ma surprise d’être excitée comme ça… Il continue à me tringler comme une gourgandine,…-Oh oui… C’est bon !Je me tourne, et m’offre à ses caprices… Il saisit mes chevilles et conduit le navire, provocant un flip-flop incongru par nos sexes emboîtés…Puis c’est moi qui veux le manche et monte m’empaler comme une amazone…J’adore me faire jouir, tremblant de toutes parts, le sentant s’épuiser…Alors je m’offre à lui, tendre et comblée, attendant la fin de cette chevauchée…Il m’emmène au bout, ruinant ma douce chatte, explosant mes entrailles, ballotée comme un fétu de paille…Et il redevient doux, finalisant son acte, explosant mon vagin, tendrement, me laissant pantoise, comblée et satisfaite…« Tu es un amour d’amant, un baiseur comme j’aime… »Je somnole et mon esprit vagabonde… Détendue par ce premier assaut, je le sens dans mon dos reprendre du service… J’ai aimé, je n’ai pas triché, j’ai joui… Pas assez…Le ciel est sombre, les lumières de la ville apportent un rai de luminosité agréable…Il me prend dans ses bras, enroule ma poitrine… Il masse tendrement mes seins…J’adore cette tendresse, je ne vois rien, je subis…Je me fais câline, l’incite à continuer… Il prend mes tétons, les tourne, les effleure… Je soupire, et me dandine contre lui…Les bouts deviennent durs, il pince tendrement…Je râle…Il pince plus fort, je gémis un « Ouiiiiii ! », qui résonne dans la pièce…Il alterne, massage, pincement, caresse du sein entier, et dans le désordre, puis reprend les bouts et repince, plus fort…Je me cambre, jouissant de sa caresse, adorant être pincée, malmenée, massée, violentée…Il me fait une cravate de notaire, et jouit entre mes magnifiques globes… Je le conduis jusqu’à la fin, récoltant sa semence sur mon torse…Ah, ça, c’est divin !… J’ai adoré…Vincent est scotché, elle en avait envie !… Une passionaria…Plus tard, seule, je me sens nouvelle… Oui, j’ai aimé… J’ai adoré sa patience, cette façon de rechercher mes points sensibles… Je n’avais jamais joui autant par mes seins…Le douleur m’étant supportable, je m’envole chaque fois, criant de plaisir, et me donnant pour qu’il me prenne, une vraie chatte en chaleur… Je le sens encore en moi, me pilonner, ivre de rage…Je n’ai pas franchi mes limites morales… Je ne suis pas vierge, mais n’ai jamais apprécié…Je pense que je vais accepter dès qu’il me le demandera, maintenant que je suis en confiance, et qu’il a su me respecter…La seconde rencontre se passe dans le même restaurant… Le patron nous reconnait, et nous donne une table à l’écart, dans le fond de la salle, tranquille…Nous nous asseyons côte à côte, on devient tendres, très tendres dès notre arrivée… Je le cherche, j’ai envie de lui, on s’embrasse sans arrêt… Ma jupe remonte, dévoilant mes belles cuisses, mon chemisier boutonné sur le devant, prend des largesses……Il voulait une aventure, la voici… Je n’arrête pas de le toucher, de le caresser, de le provoquer… Je deviens diablesse…« J’ai envie de toi… Tu m’as mis le feu… »Ils en ont parlé au téléphone, elle avoue avoir trouvé en lui ce qu’elle cherchait en premier…Les plats s’enchaînent, c’est délicieux, cuisine traditionnelle, elle se régale…Il mate ses seins, libérés d’un bouton…La jupe s’est remontée à force de se pencher vers lui, de l’embrasser… Le serveur l’a remarqué, et ne se gêne pas pour s’attarder sur ses formes…Vincent attend, il bande…Finalement, excité par mes beaux yeux de biche, ma langue qui quémande, ma chatte divine et si accueillante, mes seins pleins et si sensibles, il arrive à me peloter le sein droit… Je pose une main, discrètement, sur sa bite…Je me penche sur lui, en voulant plus… La main sur la fermeture éclair de la braguette… Appel discret…Le serveur a terminé et nous laisse seuls… A regret…Vincent ose une main entre mes cuisses, elle est trempée…Ce n’est plus possible !…On se lève d’un bond, et on court dans les toilettes proches, on s’enferme dans un WC. Je m’arque-boute sur le réservoir, il remonte ma jupe, descend ma culote, positionne son dard, fait quelques aller-retours dans mon sillon, y imbibe ses doigts, me masturbe tendrement… Il me pénètre doucement…Quel pied ! Je relève mes fesses, comme un a****l en chaleur, je me donne, je jouis, j’adore ! Entre le risque qu’on nous entende, ou qu’on nous surprenne, je me rappelle mes premiers flirts…Soudain, je sens autre chose, il tourne sur mon anus…Mon dieu, il pénètre sans précaution, sans l’avoir préparé…Vincent est comme fou, il pousse sa bite dans mon fondement… Pourquoi pas ? Mais si je crie ? De douleur ou de plaisir ?Je n’ai pas crié, et il est bien au fond ! Il vient de m’enculer à sec, sans façon, dans cet étroit espace… Il n’ose toucher ma poitrine, sagement enfermée, sinon c’est l’halali !Il me ramone, me sodomise, il me fait délirer, et je dois me calmer, baisser de plusieurs tons…Quand je le sens venir, pousser des râles rageurs… Je me laisse envahir par un dernier orgasme… Détruite par son dard, ivre de ce plaisir de femme, qui vient de se soumettre, donner une partie intime de son corps, par pur plaisir…Je me relève, un peu déboussolée…-C’est nouveau ? Un viol !… -Je n’ai pu résister…-Rassure-toi, ce n’est pas mon premier, j’excite les machos, et j’aime être forcée, surtout quand on m’excite… Je donne vite ma bénédiction…-Tu aimes ça ?-Pas trop souvent d’habitude… Surtout sans ménagement… Mais je viens d’apprécier… Tu m’ouvres des perspectives… Tu es doux, tu respectes la femme en prenant ton plaisir d’homme… Je suis bien avec toi… Nous sommes venus pour ça…-3 mois sans homme ? C’est vrai ?-Oh, oui, peut-être plus… Je n’ai pas compté… Mes enfants me prennent tout mon temps, mon boulot aussi… Je ne m’étais pas aperçue que j’étais aussi sensible… Mes seins gonflent de désir avec toi…Je me rhabille, et nous sortons…Je croise le regard sombre du serveur en train de ranger les tables, je lui souris…Nous allons marcher dans la nature, de quoi me remettre… On emprunte des sentiers de campagne, découvre une rivière… On s’embrasse fréquemment… Il est tendre, on parle d’amour, de fleurs, de nature…Le désir revient, je suis trop en manque… Je n’ai pas eu mon compte…J’aime quand on m’épuise, qu’on me le fait longtemps, que je ne sens plus ma vulve, et que mes seins me brulent…Je l’invite chez moi… Les enfants sont chez ma mère…On monte direct dans ma chambre, et c’est le paradis !Boosté par notre câlin au restaurant, il devient brutal, me traite comme une serpillère et je le laisse faire… Il ne me frappe pas, attention ! Je lui ai fait la morale…Ce ne sont que des jeux entre adultes consentants, je le veux dans tous mes trous et partout dans ma villa…On court, je me cache, il me saisit par un bras, me prend debout dans la cuisine…Je lui touche les couilles à loisir, le palpe, appuie sur la prostate… Je fais mal, il se plie au jeu… Il semble aimer ça…Je le récompense, il me suce avec tendresse, me palpe, soulève mon clitoris et le pince doucement… Je deviens folle… Je crie, je jouis, il pince un téton, je jouis de nouveau, tremble, je suis à lui… Il a trempé mon intimité, son doigt titille mon anus, je le sens pénétrer lentement…Je suis écartelée, mes fesses ouvertes, mes cuisses repliées, je suis sienne de nouveau…Je retiens ma respiration quand il pousse, je jouis quand je le sens onduler, quand la vague douce me submerge, qu’il me sodomise en ahanant son plaisir…Vincent vient de jouir dans mon fondement… Il a explosé ma rondelle, m’a portée aux nues, je suis exterminée…Il regarde avec regret sa bite épuisée, mon anus plein de sperme, ce trou béant qui reste ouvert, après un orgasme d’enfer…J’aime m’abandonner aux fantasmes de Vincent, laisser filtrer la douleur de mes tétons pincés, les mains entravées, mon gros bourgeon martyrisé…Vincent avait envie de se tester, il m’a trouvée sur sa route, j’ai partagé avec lui des heures de tendresse, et de plaisirs du sexe…Mais trop de tendresse, d’entente, semble lui faire peur…D’un autre côté, j’aimerais plus de risques, je me sens forte désormais, pleine de maturité sexuelle, j’ai envie de crever mes plafonds, exploser mes compteurs…Je rêve de pluralisme, des Vincent de partout, des nuits d’orgie, avec des femmes aussi, connaître des lesbiennes, partager leurs fantasmes, leurs jeux, leur tendresse…Laurent est un voisin…Laurent a deux enfants, avec Nicole, son épouse…7 ans de mariage, bonne situation, nous nous croisons parfois au supermarché voisin…Laurent est beau, différent de Vincent…Cet après-midi-là, un mercredi, pas d’école, je traîne dans la grande surface, cherchant désespérément un produit pour le bois… J’aimerais retaper un meuble, sauvé du feu ou de la déchetterie…-Bonjour, comment allez-vous ?-Oh, Laurent, mon voisin…Je suis surprise, j’ai üsküdar escort sursauté… On échange sur nos enfants, il se demande comment je m’en sors… Il les croise souvent, avec la nounou… Je rentre trop tard pour aller les chercher à l’école. Aujourd’hui, ils ont cinéma, jusqu’à 19 heures… Alors j’en ai profité…Laurent serait-il en train de me draguer ?Mais oui… Je semble lui faire de l’effet… Mes courses terminées, rangées dans ma voiture, le voici qui vient m’inviter…-On ne se connait pas, pourtant nous sommes voisins… Ma femme et mes enfants sont en vacances, un verre de l’amitié ?J’accepte, après être passée à la maison ranger le congelé…Je ne me reconnais plus… Je plonge dans son piège…C’est fait… Il vient de m’embrasser au fond de son jardin… Nous regardions ses fleurs, et sa belle piscine… Ses mains courent sur mon corps, je me sens désirée…Sa bite tape à ma porte, il est vraiment pressé…Il ouvre la cuisine d’été, charmant chalet en bois, il fait bon, canapé accueillant…Ses baisers sont très doux, ses mains virevoltent, je me laisse séduire, m’offre même à mon tour, suce un peu son dard, et m’installe sur la table, écartelée, pour qu’il bouffe ma chatte. Je m’envole dans les grandes largeurs, sa langue est délicieuse, et sait titiller à loisir, et déclencher mes râles… Puis, il me prend sans histoire, penchée sur l’accoudoir, me tringle avec ardeur, me baise, mais se garde d’aller au bout… Il se fond dans mon corps, se mélange à moi, je suis sur un nuage et jouis sans complexe…Il caresse mes seins, les tête avec amour, suce mes tétons, je caresse ses couilles, les tâte à loisir, les presse avec ma main…Il vient entre mes seins, se masturbe, se délire… Mes tétons sont énormes, il les pince, je jouis…Un orgasme puissant, comme avec Vincent…-Je suis tienne, fais de moi ta soumise… J’aime être violée…-Laurent attache mes mains, les noue à un barreau…Allongée sans défense, il me prend dans le noir, lumière éteinte, volets fermés, je ne sens que ce sexe qui fouille mes organes…Je plane, je m’offre, je fantasme… Je parle, je le supplie, je le veux, je suis à lui…Il en devient fou, pince mon clito, pince mes bouts tendres et me sodomise sans attendre…Oui ! Je jouis de lui !… Oui, je me mets à trembler, la pièce tourne, il me prend par devant, puis par derrière et revient encore, et explose sur moi, couvrant mes seins de sperme…Sa bite a explosé, mon anus en charpie ouvert et luisant, mes seins rouges et ma chatte entrouverte…Je reste un long moment dans ses bras, il caresse mes seins, il me serre contre lui, mon cœur retrouve un rythme correct…-Je n’espérais pas faire l’amour aussi vite…-Je sais, je suis facile, je suis seule, et en friche…-Bien rassure-toi, tout marche bien… Tu aimes quoi en amour ? La sodomie c’est fait, as-tu couché avec des femmes, as-tu participé à des échanges, des soirées coquines ?-Je ne suis guère allée au-delà de mes principes moraux, éducation stricte… Je me lâche maintenant après deux grandes époques où j’ai procréé… Deux hommes ont traversé ma vie, et maintenant c’est le vide… Alors je deviens facile, quand je suis en manque… Et toi ?-On ne s’entend plus, après10 ans… Je vis ici, elle est partie chez sa mère… Il m’a baisée comme un mort de faim… Oh, quel pied !…J’en rêve la nuit suivante… Je me vois en train de jouir dans sa piscine, assaillie par des copains à lui, arborant ma culote comme un trophée de guerre…On s’appelle chaque jour depuis, mais j’ai trop de travail… Souvent on parle de sexe au téléphone, il me fait saliver, jouant avec le sien…Je reporte à samedi soir, ma nounou viendra chez moi… Sa femme est passée prendre ses affaires, elle a trouvé un logement près de ses parents… Il ne verra ses enfants qu’aux vacances, il ne peut assurer être disponible pour les garder en semaine… Elle lance la procédure de divorce…Je suis désolée, je le sens triste au téléphone… Je me libère entre midi et deux et je fais un saut chez lui…Quelle baise ! On s’est sauté dessus dès la porte ouverte… A poil et hop ! Son dard m’est apparu énorme, le temps de le goûter, il m’a enfilée sur la table du salon, une belle campagnarde lourde et bien campée… Laurent m’a soulevée, écartelée, violée, il m’a jetée sur le canapé, et a remis ça… Je l’ai enfourché, la foufoune grande ouverte, je me suis prise, sautant sur lui, m’empalant en cadence, il jouissait de moi, me tenant par les hanches, mes seins battaient la chamade, dans tous les sens…69 sur le tapis, et on recommence…Ecartelée, en levrette, il me prend comme un soudard, il me fait crier de jouissance, enchaînant les orgasmes, deux félins épuisés par ce combat épique…C’est là que tout a recommencé… Tendrement lové, récupérant d’un assaut éprouvant, il caresse mes seins… Il les masse… Je sens ma vulve s’ouvrir… Pourtant elle a eu sa dose d’émotion !…Quand il effleure mes tétons, elle s’ouvre et pleure…Il suit son idée, masser, pincer, attendre ma réaction, continuer, plus fort, jusqu’à l’orgasme libérateur !…Alors il m’épuise… Attend, revient, reprend son jeu, pince plus fort, tandis que je lui rends sa torture, ses parties génitales malmenées par mes doigts revanchards…Chacun son tour, et nos râles se font cris, on s’enflamme, on se griffe, j’explose plusieurs fois, poussée à l’extrême, clitoris rougi, tétons encore serrés dans des pinces à linge…Les mains liées, la chatte en folie, je brame sans arrêt, jusqu’à ce que je le supplie de baiser mon derrière, de sodomiser mon entrée de service, tandis que je masturbe ma salle de jeu…J’ai mis une semaine pour effacer ses traces, surtout les bleus autour de mes seins et la trace de ses doigts sur mes fesses… J’ai eu mal aux seins, obligée de rajouter du coton sur mes tétons meurtris… J’ai eu des pertes blanches, sans doute un excès de zèle dans mes organes malmenés…L’idée a germé en moi… J’appelle Vincent, j’aimerais lui faire voir mes progrès, l’entrainer dans un combat identique, pour voir, pour me tester… Des amants maléfiques, pervers, sans toutefois dépasser les bornes… J’ai tant à apprendre, moi qui étais si sage…Vincent me propose un trio… Une amie à lui qui aime aussi les femmes, et qui peut me montrer le chemin, faire de moi une soumise, une esclave, connaitre d’autres partenaires…Cela me séduit… Des mains étrangères, des formes féminines, un goût nouveau, une chatte comme la mienne, je n’en connais que les effluves…Laurent m’attendra, je vais changer de partenaire, faire un pas en avant, en toute sécurité… Avec mon ex-amant…La fille est agréable, sa tenue est originale, ses seins mis en valeur, elle m’embrasse en arrivant, et ses mains se baladent… Je me retrouve à poil, déjà très excitée…L’affaire est rondement menée, tous les trois dans la villa de Vincent, elle propose un soixante-neuf… Mais Vincent a triché et rajoute des chiffres, de 69 à 966, 696, 969… C’est clair, j’aime me diversifier…Sa chatte, malmenée par Vincent, prend un goût d’adultère, je trompe mon ex-amant avec une de ses maîtresses… Que de sexe, de plaisir…Nos vulves font connaissance, elle aborde le côté lesbien, sans artifice externe, juste nos sexes, nos mains, nos doigts…Vincent regarde…On jouit ensemble, devant lui… Alors Vincent s’enflamme, mon anus malmené par Véronique attire ses faveurs…Ils me font l’amour ensemble, Vincent par derrière, Véro par devant, sa main entière prenant ses aises dans mon vagin distendu…Sensations sans égales, sensations nouvelles, nouvelles envolées vocalisées…Elle jouit aussi quand le membre de Vincent s’en prend à sa rondelle et la porte au summum, une extase culière, particulièrement intense et prolongée…Là, c’est moi qui regarde le membre entrer et sortir, s’enfoncer tel un pieu, la faisant délirer.Je n’en reste pas pour autant spectatrice et lui approche mon gazon à brouter, elle m’envoie sur un nuage, son expérience a parlé…Véro est sans limite et Vincent freine ses ardeurs, elle avait sorti une laisse de son sac, et quelques accessoires à mon attention…Je n’ai pas tout compris, sauf les menottes, des outils, genre pinces, et des sex-toys aperçus sur internet, mais pas commandés… Je n’en suis pas là encore… Bien que…Nous en restons là, Véro aimerait me revoir en solo, ou dans son club préféré, elle me susurre que j’ai du potentiel et que mon corps attire les hommes par ses rondeurs et mon regard les séduit…Nous prenons rendez-vous pour le samedi suivant… Quand Vincent la raccompagne, je soupire, et quand il revient, il me prend contre le mur, debout, il me fait jouir en pelotant mes seins, et il me ramone en détruisant ma chatte, appuyée sur une table, ses pouces pinçant mes bouts énormes, tremblant de tout mon être, le ressentant changer de trou… Mes orgasmes s’enchaînent, se multiplient, pendant plus d’une heure il me sodomise, me pousse à la limite de la douleur, je crie, je bouge, j’essaie de lui échapper, mais j’aime cette sensation, et le laisse me travailler dans un état second…Ivre de caresses, enduite de nos sécrétions, le goût de la minette à Vero dans la bouche, je rentre dans mon logis, retrouve mes enfants, remercie la nounou, un sourire béat sur mon visage… Elle me fait la remarque, se doute d’un amant… Si elle savait ce que je viens de prendre… Elle a l’âge de la découverte…Laurent m’appelle entre temps, je me prépare pour samedi, visitant des magasins, spécialisés en tenues légères, parlant de Carnaval, de soirée déguisée…La fille me détaille…-En quoi vous voudriez apparaître ?-Courtisane, dame de compagnie, dame de petit vertu, genre des années trente… Pas vulgaire, mais olé-olé…-Couverte en arrivant ? Dénudée par la suite ?-Pas obligé d’être couverte, juste masquée…-Vos mensurations risquent de vous trahir…-Ils ne me connaissent pas pour la plupart…-Des hommes uniquement ?-Non, je cherche l’étonnement de tous et de toutes… Mon but est de me faire remarquer, sans choquer, intriguer, séduire, donner envie d’en savoir plus, de tenter l’impossible…-Oh, vous… Je comprends… Je… Enfin, vous savez ce que vous voulez… Si je puis me permettre…-Oui ?-Je pourrai vous regarder ?Ses yeux sont dans les miens, perdus… Je prends ses deux mains, les pose sur mes seins que je viens de libérer du soutien-gorge…Elle bade devant ma poitrine, ses mains kurtköy escort les saisissent, sa bouche se colle à la mienne, nos lèvres s’ouvrent, le baiser est langoureux, une crème de baiser, elle se fait chatte, et cherche à caresser la mienne…Je me dépoile dans ce réduit, elle aussi, nous voici nous caressant, cherchant à nous séduire, à nous offrir… Je m’assieds sur le tabouret et lui ouvre mes cuisses… Agenouillée, elle exécute un léchage de reine… Ses seins sont plus petits, mais tout aussi sensibles et tout en me pinçant un des miens, je caresse et honore sa poitrine…Sa langue se fait divine, ma chatte est grande ouverte, elle coule son nectar, qu’elle lèche avec tact… Elle boit à ma source… Je jouis sans attendre, écartelant mes jambes, lui offrant toute mon anatomie…Puis après des minutes torrides, je prends le pouvoir et découvre ses trésors…Une douceur intime, comme une fleur interdite, une corole, autour d’un puits d’amour, et une source divine, un bourgeon expressif, mes doigts s’en régalent, ma langue plonge en cadence, elle souffle, et jouit, s’abandonne et se donne, offerte à mes fantasmes…Elle jouit quand mes doigts la pénètrent, quand son vagin étroit déclenche ses orgasmes, quand elle s’ouvre pour moi, rugissant ses extases…Deux folles se masturbant mutuellement, puis nos sexes emboités se frottent en cadence, jouissent de ce contact intime, qu’elle a su m’imprimer, contorsionnée comme une danseuse…Nous allons au bout de nos forces, emportées par cette frénésie sexuelle, en sueur, radieuses de bonheur…-Super !… Je n’avais jamais craqué comme cela…-Moi, non plus, de plus je n’étais pas adepte… Mais je suis convaincue… Tu fais quoi samedi soir ?Samedi, déception, Cindy, ma camarade de jeu de la boutique coquine, ne peut pas venir… Elle en est déçue, moi aussi… En fait elle a ses règles…Re coup de fil de Vincent, son amie est à Londres, coincée pour le week-end…Décidément, je vais me refaire Vincent ?Mais Laurent me rappelle, il passera samedi soir, il a envie de moi…Dommage pour Vincent nous aurions pu… Mais Cindy veut bien participer à quatre, elle aura un côté en entretien mensuel…-Ce sont deux copains à toi ?-Oui, mon amant et mon ex… Ils ne le savent pas, alors si tu pouvais jouer le jeu avec Vincent, il aime les situations bizarres…-Oui, je serai la copine de Vincent pour ???-Laurent…-Bon OK, pour Laurent… Toi alors ! Tu aimes séduire ! Tu mettras ce que je t’ai vendu ?-Oui… Tous les deux sont des chauds-lapins…-C’est rare que je sorte quand je suis indisposée, je n’aime pas me restreindre… Tu sais, je suis surtout attirée par les femmes, leur tact, leur douceur, leur tendresse… Les hommes c’est pour mon moral et leur bite de temps en temps.-Nous allons nous amuser, tu verras, pour moi ce sera une première, si ils me prennent ensemble, ce que je souhaite… Mais je pense qu’ils ne t’oublieront pas… Tu as des attraits incontournables…-Oui… Et j’aime ça en plus…Je me suis résillée (et non pas résiliée), je ressemble à un filet de pêche accroché à deux flotteurs jaunes…Ce corset doré d’où mes seins surgissent honteusement…Cindy m’a forcé… Elle m’avait dit « Impressionnant, à croquer ! »…Je suis nue devant ma glace… Juste en train d’essayer mes achats pour ce soir… La nounou est en bas avec les enfants…Je n’ai jamais été aussi loin pour un homme, en fait deux… Vincent je l’aime, mais il ne m’aime pas… Il trop peur de mes enfants, de ma vie triste et trop rythmée, mais il adore quand je me transforme en cougar pour lui … Parfois il me suit dans mon délire… Et j’aimerais aller plus loin encore… Il me sécurise.Laurent c’est un fêtard… Il baise avec passion, pour le sexe, pour me faire jouir, pour m’entraîner sur des pentes glissantes… J’en ai peur, je suis moins décontractée.Les deux sont enivrants… Je n’étais pas comme ça… Je prends goût au vice, je sors de mon quotidien…Je deviens une autre Isabelle…Libertine, salope, car je me mets à regarder les hommes au-dessous de la ceinture… Je les provoque depuis quelques mois… Mes seins les attirent, mes yeux les renversent… Panthère aux yeux pers…J’ai croisé un collègue marié dans une réunion, Armando… Il venait dans mon école en remplacement d’une collègue malade…Dès que j’ai su qu’il était seul, à l’hôtel, pour une quinzaine, j’ai changé… Je me suis transformée en louve… Je l’ai harponné après sa prise de fonction officialisée avec l’ensemble de mon groupe par un pot de bienvenue, l’invitant à finir la soirée devant un dernier verre…Dans la voiture, je lui ai dévoilé ma peine… Remonté ma robe, dégagé mes seins…Abandonnée, un chagrin en instance… La vie qui me tourne le dos… Au bord des larmes…Il m’a consolée avec une main, dans mon décolleté, l’autre remontant sous ma jupe…Puis le reste a suivi, dans sa chambre d’hôtel…Mon charme… Quelle soirée !… J’ai crié à tue-tête… Nymphomane en goguette… Névrosée du cul, il m’a tout fait en quelques heures… Et j’ai aimé ça…La seconde fois, nous sommes allés dans un club… Novices tous les deux, nous avons suivi un couple… Ils nous ont initiés, on a flirté en dansant, échangeant sans complexe… Puis dans un réduit étroit, on s’est retrouvés nus, tous les quatre et on a baisé… Le fin du fin de l’histoire. Le mec était sympa, sa femme un peu salope, mais on a fait semblant, elle a voulu leur offrir un moment de détente, deux femmes qui se gouinent, j’ai léché sa chatte, elle a minaudé la mienne, puis avec ses doigts elle m’a masturbée, mes deux orifices… Je lui ai tout rendu, ajoutant la trituration du clitoris qu’elle avait négligé, elle a aimé en se donnant à son mec, qui l’a prise avec le mien, en la traitant de salope, de gouine, de déchet, je regardais impressionnée par la femme qui jouissait sous les coups de reins d’Armando, son mari la sodomisant sans cesse, en fouettant ses grosses fesses… Je m’aperçois que je plais… Dans la rue, dans les supermarchés, dès que je porte autre chose que mes jupes strictes, mes robes de bure, comme ils me disent… Je dois paraître maitresse, être transparente…C’est Vincent qui m’a montré mon pouvoir de séduction…Au restaurant, lors de notre second rendez-vous, avec le serveur… Maintenant, je ne baisse plus les yeux quand je me mets en chasse…Il m’arrive d’avoir envie de partir de chez moi en pleine nuit, d’aller traîner près des lieux de rencontre, de tenter une aventure sans lendemain dans un bar de nuit, habillée en pute… Laurent, lui m’a apporté plus de folie, de fantasmes non avoués, un univers flou, pour lequel je ne me sens pas encore sereine… Il aimerait me partager, me regarder faire l’amour avec d’autres, avec des inconnus, dans des parkings ou des sous-bois, en club, rejoindre le monde de la nuit, perverse, soumise, contrainte, comme je découvre sur les sites pour adultes avertis… Il existe tant de remèdes à l’ennui, tant de façons de s’amuser, de vivre ses fantasmes de femme libre…Chapitre III.Isabelle se déchaîneQuand Laurent est entré chez Vincent, il a découvert Cindy… Mais il avait vu ma tenue…Il savait pour nous trois…Alors on a fait l’amour, Cindy active sans pénétration, s’est spécialisée en fellations, et avec moi, tendre et divine, avec sa langue de velours…Préparée par ses soins, ces messieurs me prirent en double, me donnant une idée de ce que je pourrais endurer, si je m’encanaillais seule… Avilie, par l’un, baisée sans amour ni tendresse, enculée par l’autre, puis tringlée par les deux, Cindy les encourageant, les pilotant, les aidant, tout en douceur et en perversion…La chatte en lambeaux, l’anus déchiré, mon rimmel éparpillé sur mon visage, par mes larmes de plaisir, un peu par la douleur, les seins pincés et pleins de bleus…Ils m’ont laissée au matin, raccompagnant Cindy…Je l’avais cherché… Je n’ai plus revu ni l’un, ni l’autre, jusqu’à ce que je rappelle Vincent près d’un an plus tard…La maîtresse encanaillée fréquentait des salles sombres, cinémas de quartier, parkings d’aventuriers, je me suis faite draguée par une salope, qui jouait les rabatteuses pour des groupes de malades…J’ai connu des soirées lesbiennes, des châteaux délabrés aux caves ferraillées, enchaînée, prise toute la soirée par des messieurs défilant devant ma chatte ouverte…Servant de vide-couilles, je passais des nuits blanches, jouissant sans arrêt de leurs queues gorgées de semence…Attachée, les mains liées, on m’apprenait l’obéissance, à quatre pattes, en laisse, faisant des fellations aux maîtres et des cunnilingus aux maîtresses sévères…Je connus d’autres supplices, qui mirent ma bonne volonté en retrait, violée, partagée, transportée, sans doute vendue et relâchée dans les bois, sans force, sans argent, impure et avilie à jamais…Je connus Conrad, un ex de la RDA, blond aux yeux bleus qui me conduisit dans les dédales de ses perversions sexuelles, mais resta proche de moi. Il me fit partager ses fantasmes moins sadiques, soirées entre gens de bonne compagnie, où on baisait entre amis, et avec les notables de la ville voisine, avec leurs dames patronnesses, qui ne crachaient pas sur des soirées de fesses…Il m’entraîna dans des parkings, partager des instants chauds avec des couples dans nos Mercédès aux vitres teintées… Il me regardait jouir avec le couple, et me prenait à la fin… Parfois il me prêtait, vitre ouverte, les queues se libéraient dans ma bouche… Il se masturbait en me regardant pomper ces affamés de sexe…Une fois par mois, je me rendais au Havre, délurée, absente, un peu droguée, Conrad m’aimait à sa façon, les lendemains il me faisait l’amour que j’aime, oubliant la soirée précédente, mais j’y avais joui sans contrainte, laissant libre cours à ma soif de découvertes et à ma curiosité…Je retrouvais ma classe, mes tenues sobres, tailleurs classiques et jupes longues…Vincent me croisa un jour, on alla à l’hôtel…Il apprit mes errances avec mon nouveau copain, la soif d’aventure qui depuis lui, ne m’avait jamais quittée, et je lui avouais que je le regrettais, car je me voyais souvent avec lui dans ces soirées délurées…Oui, Vincent, je t’aime, mais c’est trop tard. On a raté notre histoire, je te téléphone de temps en temps, on va chez toi, ou à l’hôtel, parfois on oublie le temps, discutant comme deux vieux amis, c’est trop tard pour faire l’amour, le temps a passé trop vite, mais je suis de nouveau Isabelle, celle que tu as aimé et qui t’aime toujours en secret…Tu t’es méfié de moi… Tu t’es méfié de l’eau qui dormait…Maintenant je suis une autre Isabelle, séductrice, infernale, vénale, et j’ai deux vies…Le jour et la nuit…FINMarika842010Juin 2020

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Yayımlayan

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir