Comment mon patron a fait de moi sa salope – 1 (re

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Ass

Comment mon patron a fait de moi sa salope – 1 (reChapitre I : Le commencementSeize heures et demi. Je regardai ma montre mollement alors que la photocopieuse tournait en boucle. Cette journée ne semblait jamais prendre fin, j’étais debout depuis 7h. Comme d’habitude je m’étais levée lorsque le petit réveil sur la table de chevet s’était mis à sonner, alors qu’il faisait encore nuit. Comme tous les matins, mon mari avait rapidement ouvert un œil en grognant avant de se rendormir presque immédiatement, me laissant aller seule au travail dans ma petite voiture grise. Comme tous les jours j’avais passé mon temps à répondre à des coups de fils, à trier des dossiers et à envoyer des mails. Et comme tous les soirs j’allais rentrer chez moi à 17h en prenant la même route que le matin. La moindre des choses que l’on puisse dire c’est que mon quotidien est loin d’être trépidant. Le travail de secrétaire ne me plaît pas, il ne m’a jamais plu… je ne sais même pas comment je me suis retrouvée à le faire à vrai dire. Mais il fallait bien travailler pour gagner de l’argent et manger… En plus de ça mon mari ne travaillait plus depuis maintenant 1 an, il s’est fait virer de sa dernière boîte pour faute lourde et depuis plus rien… Il passe ses journées à dormir, à regarder la télé et à se prélasser sur le sofa comme s’il était millionnaire et qu’il avait les moyens de ne pas travailler. La réalité est bien différente et les fins de mois bien difficiles…Je soupirais en fixant les feuilles sortant de la photocopieuse. Mon corps était rentré en mode pilotage automatique, mon regard vide et absent en était témoin. J’étais complétement perdue dans mes pensées à tel point que je n’entendis même pas les petits claquements de talon dans mon dos. Un raclement de gorge me fit sortir de ma torpeur. Reprenant immédiatement conscience de la situation, je me retournai par réflexe et vis mon patron me regarder d’un air interrogatif. Il avait au moins une tête de plus que moi ce qui accentua mon sentiment d’être observée comme un sujet scientifique. Ses yeux sombres se plongeaient dans les miens et c’est comme s’il sondait l’intérieur de ma tête. Il haussa un sourcil et pencha légèrement sa tête avec le même regard que l’on peut avoir face à un micro-onde en panne.- Tout va bien Elise ?- Oui oui et vous ? bredouillai-je en me tordant de gêne- Et bien oui mais ça irait encore mieux si vous n’étiez pas en train de photocopier des feuilles vierges !Je fis volte-face et m’aperçus qu’effectivement chaque feuille ressortait aussi blanche qu’au départ et pour cause, le modèle à photocopier était resté dans mes mains. Je sautais sur le bouton d’annulation en répétant « merde merde merde ».- Vous êtes sûre que ça va ? questionna-t-il alors que je martelais la machine- Je suis désolée, je suis un peu fatiguée, ça ne se reproduira plus.- Bon très bien. dit-il en s’éloignantJ’amassais les feuilles dans mes bras tout en essayant d’ouvrir le petit clapet pour les remettre avec le papier blanc quand une idée me vint. M’empressant de corriger ma bêtise, je développais ma pensée intérieurement. Ça faisait une semaine que le technicien de maintenance du bureau avait bakırköy escort pris sa retraite et depuis les problèmes s’étaient accumulés. Néons grillés, chauffage en panne, serrures cassées, c’est comme si ce vieil homme avait emmené la moitié des éléments de l’entreprise à la retraite avec lui. Il fallait absolument un nouvel homme à tout faire ou sinon cet endroit allait finir par tomber en ruine. Peut-être que si quelqu’un se présentait à ce poste, il serait accueilli à bras ouverts me disai-je malicieusement. Et peut-être que si ce quelqu’un était mon mari, je pourrais enfin être sereine, arrêter de surveiller en permanence mon compte en banque. Je souriais déjà à l’idée d’un deuxième salaire. J’allais pouvoir m’acheter de belles robes pour l’été à venir et enfin arrêter d’acheter de la nourriture de second choix. Je restais béat, les yeux brillants d’espoir. Mais rien n’était joué et le dossier de ce crétin qui me sert d’époux était loin d’être attrayant. Après tout il ne serait peut-être pas embauché malgré le besoin urgent de combler ce poste. Le risque était trop grand, il fallait un coup de pouce à sa candidature.Ce triste constat de la réalité me fit descendre de mon petit nuage. J’imaginais déjà des stratagèmes pour cacher ses licenciements voire même lui inventer une nouvelle vie. Mais aucune solution ne permettait de résoudre complétement le problème. Tôt ou tard il serait démasqué et on reviendrait au point de départ. J’enrageai en voyant s’éloigner tous mes espoirs, j’eu l’impression qu’on me volait quelque chose alors que je ne le possédais même pas. Je ne pouvais pas laisser passer cette opportunité sous mon nez, il fallait que je trouve quelque chose. Je fis fonctionner mes méninges du mieux possible en me dirigeant vers mon petit bureau, situé juste devant la porte d’entrée de celui du patron. Je pourrais peut-être le convaincre me dis-je. Après tout j’avais 13 ans d’ancienneté et de loyaux services. Certes l’incident à la photocopieuse tout à l’heure ne jouerait pas en ma faveur mais s’il a un peu d’humanité, mon patron pourrait m’écouter.Je réfléchis longuement au discours que je pourrais lui tenir, me demandant s’il valait mieux jouer la carte de la proposition sans arrière-pensées ou celle de le supplier d’accepter ma requête. J’optais finalement pour une solution plus directe et sincère. J’espérai que ma franchise paiera même si une partie de moi n’était pas convaincue que cette solution soit la bonne. Mes mains commencèrent à devenir moites. C’est toujours la même chose quand je m’apprête à faire quelque chose dont l’issue est incertaine. D’abord je stresse, ensuite mes mains deviennent moites, puis je me mets à chauffer comme si mon corps se transformait en four. Répétant plusieurs fois le speech que j’allais lui servir à voix basse je sentais mes jambes trembler. Je ne sais pas si j’avais peur de lui demander, de sa réponse ou simplement de lui. C’était un homme imposant de par son physique, son caractère austère mais surtout par son statut. Je jouais quitte ou double en me lançant dans ma proposition. Soit il acceptait et c’était parfait, soit il refusait et beşiktaş escort en plus il le prendrait comme un affront.Je me levai d’un coup pour dissiper mes craintes. Tout mon corps était tendu. Je serrai les dents et les poings, devenus glissants à cause de la transpiration. Sans réfléchir je me dirigeai vers la porte. Je fis toner trois petits coups rapides et l’ouvris.- Excusez moi monsieur Baillard, je peux vous parler une minute ?- Oui oui entrez. dit-il sans lever les yeux de son écran- Je viens vous voir par rapport au poste vacant de maintenance.- Ah oui ! Vous avez trouvé des candidats ? – Et bien justement il se trouve que j’ai bien une idée…- Super ! Il était temps, le téléphone déconne depuis 3 jours et je suis à deux doigts je le jeter ! me coupa-t-il- Il s’agit de mon mari… – Oh je vois… A-t-il des qualifications dans le domaine ?- Non pas vraiment mais…- A-t-il au moins déjà travailler dans un poste comme celui-ci ?- Non jamais… Mais il est très débrouillard vous savez. Il sait à peu près tout réparer et…- Elise… Elise… Je vous arrête tout de suite… Je ne vais pas embaucher votre mari juste parce qu’il est votre mari.- Non bien sûr mais peut-être que vous pourriez lui laisser sa chance ?- Ecoutez, je n’aurais aucun mal à trouver quelqu’un de beaucoup plus indiqué à ce poste. Je n’ai juste pas le temps de m’en occuper pour l’instant mais je vais m’en charger à un moment ou à un autre.- Je sais monsieur mais je vous promets qu’il ne vous décevrait pas…- Vous savez aussi bien que moi qu’on n’a pas de temps à perdre à s’occuper de la formation d’employés ici. C’est pas raisonnable de prendre votre mari pour ce job. Répondit-il en s’adossant à son fauteuil et en pivotant pour me faire face- Je vous jure que vous n’aurez pas à le faire monsieur.- J’aimerais vous croire mais vous n’êtes pas objective.- …- Ceci dit c’est vrai que ça devient vraiment invivable ici… J’ai une idée.- Oui ? répondis-je en haussant les sourcils de surprise et d’espoir- Peut-être que je pourrais prendre votre mari à l’essai…- Oh merci ! Merci merci ! Vous verrez vous ne le regretterez pas ! m’écriai-je folle de joie- MAIS ! – …- J’ai une condition essentielle à cette embauche.- Laquelle ? dis-je étant prête à accepter quel qu’elle soit- Vous êtes une très belle femme Elise, je suis sûr qu’on vous l’a déjà dit ! Depuis que vous êtes ici, et Dieu sait que ça fait un moment, je vous vois tous les jours, à toutes heures de la journée et c’est toujours un vrai plaisir de vous contempler. Néanmoins il y a un petit détail qui me frustre depuis tout ce temps…Je déglutissais, rougissant et stressant comme une folle à l’idée de ce qu’il allait dire.- J’ai remarqué que vous ne portez jamais de haut très… disons… attirant vous voyez ? Vous avez toujours des cols roulés… ou des pulls. dit-il en montrant mon pull beige préféré- Et bien je ne savais pas que c’était un problème… rétorquai-je en fuyant son regard- Donc voici ma condition : j’accepte de prendre votre mari à l’essai si vous arrêtez de porter ces hauts… banals et que vous mettez des choses… plus agréables à regarder…- Je ne comprends pas… dis-je en fronçant beylikdüzü escort les sourcils- Allons, je suis sûr que vous me suivez très bien… Des vêtements qui donnent plus de matière à déguster… qui offrent une plus grande liberté à l’imaginaire…- Vous me demandez de porter des vêtements de marques ? Je ne comprends pas…- Elise, je veux que vous mettiez des décolletés. Des hauts qui laissent respirer votre poitrine et qui lui laisse voir la lumière du jour. Qui mettent en valeur vos formes et vos atouts…- C’est-à-dire que… ce n’est pas très professionnel… balbutiai-je sous le choc- C’est moi ici qui décide si une tenue est professionnelle ou non et à partir de maintenant ce sont vos pulls et autres qui ne sont pas professionnels. Enfin, si vous voulez que j’embauche votre mari bien sûr !- D’accord, ce que vous voudrez… répondis-je, défaite- Alors on fait comme ça ! Dites à votre mari de se présenter demain à 9h et portez votre plus beau col en V !Je tournai les talons et sortis de la pièce en refermant soigneusement la porte derrière moi. Je n’en revenais pas, il venait de me faire du chantage et je n’avais rien fait pour l’en empêcher. Je m’assis à mon bureau, toujours sous le coup de la surprise. Comment un homme comme lui que je considérais comme honnête et respectueux pouvait être une telle ordure. Le téléphone sonna mais je n’avais pas l’esprit à répondre. Je le regardai vibrer et s’illuminer pendant quelques secondes avant de s’éteindre. Un coup d’œil rapide dans le coin de mon ordinateur m’informa qu’il était 17h passé. Je pris mes affaires, les plaçai dans mon sac et partis. En arrivant chez moi, mon mari me regarda depuis le canapé puis se reconcentra sur la télé.- Je t’ai trouvé du travail. Lui lançai-je sans aucune joie- Vraiment ? Où ça ?- Au bureau, tu dois venir demain à 9h.- D’accord mais c’est pour faire quoi ? Je sais même pas me servir d’un ordi.- Tu bossera à la maintenance pour réparer… ben un peu tout…- Quoi ? Mais pourquoi tu m’as trouvé un boulot de mécano ? répondit-il avec un ton sarcastique- Parce qu’on a besoin d’argent bordel ! Et y en a marre que tu foutes rien de tes journées ! Criai-jeUn silence se fit entendre. C’est comme si la colère qui aurait due exploser tout à l’heure devant mon patron le faisait maintenant. Mes nerfs m’avaient lâché comme une bombe à retardement. En même temps il ne l’avait pas volé celle-là. Furieuse, j’allai prendre ma douche en claquant la porte. Le lendemain le réveil sonna à nouveau mais cette fois-ci mon mari se leva aussi. J’allai à la salle de bain, me passer de l’eau sur le visage. En revenant vers la chambre j’ouvris la penderie. Par réflexe ma main se dirigea vers mes affaires habituelles, je m’arrêtai en les touchant, me rappelant le marché que j’avais passé. Je saisis alors un petit haut à manches longues noir, avec un décolleté prononcé. Je restai un moment debout, le cintre dans la main, mon regard alternant entre le col du vêtement et ma poitrine. Après avoir enfin enfiler mes habits je rejoignis mon mari à la cuisine. Nous avalâmes un petit quelque chose sans échanger le moindre mot puis partîmes. ———————————————————————-Bonjour tout le monde! J’espère que ce premier chapitre vous a plu! Certains l’auront reconnu c’est celui que j’avais déjà publié sur mon ancien compte! Un prochain chapitre arrivera quand j’aurais finis de l’écrire d’ici là commentez et dites moi ce que vous en pensez en message 😉

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Yayımlayan

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir