LE CHEPTEL CHAPITRE 27 MAITRESSE KIM

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Abella Danger

LE CHEPTEL CHAPITRE 27 MAITRESSE KIMLE CHEPTEL CHAPITRE 27 MAITRESSE KIMMaîtresse Kim est une asiatique originaire de Hong-Kong, elle avait entrepris un périple à travers le monde, visitant les lieux BDSM connus ou moins connus. Elle avait entendu parler du domaine et demandé à y faire une halte dans son périple. Maîtresse Kim était petite et mince, même sur ses talons hauts, elle faisait une tête de moins que Madame. Elle avait les cheveux coupés au carré d’une teinte rouge assez surprenante, des yeux gris légèrement soulignés par son maquillage et des ongles exceptionnellement longs.Arrivée un matin, elle avait commencé sa journée par une promenade à dos de pony boy. Le domaine possédait fort heureusement quelques tenues de cavalières en différentes tailles si bien qu’on put lui en fournir une qui lui allait. Josyanne s’était vite rendu compte qu’elle maîtrisait parfaitement l’équitation. Maîtresse Kim lui expliqua en anglais qu’elle possédait chez elle un vrai cheval et utilisait aussi un poney humain. Josyanne nota aussi qu’elle savait parfaitement où appliquer les coups de talons et de cravache avec précision pour une efficacité maximum. La peau et la bite du pony boy utilisé, Arnold, en firent d’ailleurs l’expérience.L’après midi, Josyanne lui proposa une sortie en sulky ce que Maîtresse Kim accepta avec joie n’étant pas familière avec cette branche de l’équitation humaine. Cette fois ci ce fut Bart qui fut harnaché et attelé. Très vite Maîtresse Kim prit l’habitude de maniement du sulky et ce fut un Bart épuisé, le dos zébré de marques rouges et la bouche tuméfiée qui revint à l’écurie où il s’écroula dans son box une fois libéré du sulky et du harnachement.Le soir après le repas elle félicita Madame pour son domaine et son écurie et raconta quelques unes des choses qu’elle avait vues et pratiquées au cours de son périple. Elle demanda à voir le cuisinier, fut surprise d’apprendre que c’était le même soumis que celui qui les avait servies à table.Pierre, sommé de se présenter devant les Maîtresses embrassa d’abord avec respect ses fines sandales et ses ongles impeccablement vernis puis attendit à genoux qu’elle lui adresse la parole. Elle commença par le féliciter pour la qualité du repas et du service. Tout en parlant, elle pinçait les tétons de Pierre entre ses ongles serrant comme il fallait pour que ses ongles laissent des traces où perlaient une goutte de sang. Pierre se retenait de crier mais ne pouvait s’empêcher de grimacer de douleur sous l’œil amusé de Claire, Marion et Josyanne.Maîtresse Kim d u bout de son ongle planté sous le menton l’obligea à relever la tête et à la regarder dans les yeux. Il y vit une lueur à la fois amusée et cruelle. L’autre main de maîtresse Kim était descendue jusqu’au bas ventre de Pierre et elle se mit jouer négligemment avec ses couilles et sa bite serrant la chair tendre entre ses ongles, tournant et étirant bite et couilles d’une main experte. Pierre grimaçait de plus en plus. Elle lâcha finalement le menton de Pierre pour d’une main serrer et tirer vers le haut sa bite. De l’autre main, elle griffait le gland de ses ongles acérés. Pierre gémissait, ses larmes. Les gémissements se transformèrent en hurlement lorsqu’elle introduisit et tourna son ongle dans le méat ! Elle lâcha enfin le sexe du pauvre Pierre, le força à la regarder dans les yeux et il vit dans les yeux gris et dans le sourire sadique de Maîtresse Kim tout le plaisir qu’elle avait retiré de sa souffrance. Pierre fut renvoyé à sa cuisine où il resta longtemps prostré attendant que la douleur se calme.Les trois Maîtresses avaient regardé avec admiration le « travail manuel » de Maîtresse Kim. Celle-ci expliqua qu’elle s’était sancaktepe escort spécialisée dans la torture aux ongles et utilisait d’ailleurs des griffes en acier placées au bout des doigts qu’elle leur montrerait volontiers le lendemain. Elle demanda si le domaine avait des esclaves en dehors de Pierre, des poney boys et de Francis. A la réponse affirmative concernant Hubert agrémentée d’un « historique » du cas, elle demanda à ce qu’on puisse le lui prêter pour un moment. Hubert ferait donc les frais du « prêt ». Hubert fut donc conduit menotté à la chambre occupée par Maîtresse Kim. Celle-ci avait promis de tourner une petite vidéo de la scène. De fait le lendemain matin, Marion récupéra Hubert en piteux état …Maîtresse Kim avant de quitter le domaine avait laissé la vidéo promise ainsi qu’en cadeau pour chaque Maîtresse, y compris Margot qu’elle regrettait de ne pas avoir rencontrée, un exemplaire des griffes en acier dont elle avait toute une collection.Il fut convenu d’attendre que Margot soit présente pour regarder la vidéo. Elle arriva le lendemain et les quatre Maîtresses s’installèrent confortablement devant l’écran pour regarder, avec les soumis comme repose pieds.La vidéo montrait plusieurs séquences avec Maîtresse Kim et sa soumise – une trans n’ayant pu faire le voyage avec elle – tantôt dans le rôle d’objet des tortures de Kim, tantôt dans celui d’aide. D’autres séquences faisaient apparaître des soumis et des soumises « travaillé(e)s » par Kim au cours de son voyage. La dernière séquence était tournée au domaine avec Hubert en vedette !On y voyait Marion amener Hubert puis sortir. La suite passionna les quatre Maîtresses :« Come here, Slave!(1) » Hubert à genoux approcha de Kim debout à côté du lit. Elle avait mis un catsuit en latex du plus bel effet. Hubert posa un baiser sur chaque orteil verni d’un rouge intense de Maîtresse Kim. Elle lui mit une cagoule en latex avec juste une ouverture pour la bouche et deux trous pour les narines. Elle ôta ses menottes et le fit allonger sur le lit elle attacha ses poignets et ses chevilles aux 4 coins du lit et glissa un coussin épais sous ses fesses. Hubert était à sa disposition, couilles et bite bien en évidence par la position surélevé de son bassin. Maîtresse Kim disposa un coffret d’accessoires sur la table de nuit et vint s’asseoir sur le visage de l’esclave.Elle pinça et étira les tétons d’Hubert à plusieurs reprises puis avec des pompes sorties de son coffret et les fit gonfler. Une fois bien érigés, elle fit plusieurs tours à leur base avec un fil très fin et très serré. Elle fouilla dans son coffret en en retira des sortes de griffes en acier qu’elle emboîta au bout de ses doigts en prenant tout son temps. Elle se soulevait juste un peu de temps en temps pour lui laisser prendre une goulée d’air. Les griffes commencèrent alors griffer la peau autour des tétons laissant des traînées où perlaient des gouttes de sang puis elle se mit à pincer, griffer, étirer, tordre les tétons ce qui causait des douleurs intenses à Hubert. La pointe d’un ongle se posa sur le bout d’un téton et s’y enfonça … douleur fulgurante ! Puis ce fut à l’autre téton de subir le même sort. Hubert tentait d’échapper à la torture infligée mais les attaches et le poids de Kim le clouaient sur le lit limitant ses mouvements. Ses hurlements étaient étouffés sous les fesses de Kim.Kim s’installa ensuite sur le ventre d’Hubert, lui ôta la cagoule et lui montra ses mains terminées par les griffes. Sachant qu’il comprenait l’anglais elle lui dit « I know that you understand english, Slave ! Look, those claws are “made in china, it’s a pity that I can’t use them on your üsküdar escort eyes … But don’t worry, I won’t!(2)” ajouta-t-elle en le voyant rouler des yeux effarés.Elle reprit son manège de griffures de la poitrine, du cou et des joues d’Hubert, approchant parfois les griffes très près des yeux de ce dernier.Au bout d’un moment, elle se souleva, fit jouer une fermeture éclair sur l’entrejambes de son catsuit et se réinstalla sur le visage d’Hubert avec un seul mot “Lick !3” Hubert entreprit de lécher avec ardeur la chatte offerte espérant échapper aux griffes acérées de Maîtresse Kim. Elle se mit à lui griffer le bas ventre et le haut des cuisses. Il commençait à craindre le pire pour ses parties intimes.Délaissant le ventre et les cuisses, elle se mit à lui griffer les couilles et la bite d’abord doucment puis de façon de plus en plus appuyée. Puis elle ôta momentanément ses griffes pour lui faire un bondage serré des couilles et de la bite.Ayant remis les griffes, elle passa aux choses sérieuses. Une main tenait la bite repliée sur le ventre pour bien dégager les couilles, l’autre s’occupait des couilles à la peau tendue par le serrage. Pressions de la pointe des griffes, labourage profond de la peau, serrage d’une boule puis de l’autre, torsions mirent ses pauvres boules dans un triste état.Maîtresse Kim délaissa les boules pour s’occuper de la bite. Elle la branla d’abord de façon experte ce qui fait que Hubert ne tarda pas à avoir une belle érection. Maîtresse Kim avait ôté les tours de lien autour de la bite ne laissant en place que ceux à la base des boules. Comme pour les boules Hubert eut droit à des pressions de la pointe des griffes et des labourages profonds un peu partout sur la hampe,des serrages et torsions énergiques.Mais bien sûr ce fut son gland décalotté qui eut droit à toute l’attention de Maîtresse Kim. Griffage, pinçage, gifles… Elle passa un bon moment, lui maintenant la bite d’une main à introduire une de ses griffes dans le méat et l’urètre la faisant aller et venir et la tournant. Il remuait de tous côtés sous l’intensité de la douleur, essayais de hurler mais la chatte qui couvrait sa bouche étouffait ses cris.Maîtresse Kim finit par jouir sur la bouche de l’esclave, répandant sa mouille sur le visage. Elle se releva. Les couilles et surtout la bite d’Hubert étaient en feu, mais cela ne semblait pas suffisant à Maîtresse Kim qui voulait qu’il puisse voir l’état de son bas ventre, elle lui souleva la tête… Il vit en effet le triste état où il se trouvait, multiples traces de griffes partout dont certaines saignaient un peu, gland violacé.Maitresse Kim vint s’installer à genoux sur le lit entre ses cuisses. “So you won’t miss a thing of the show, slave …”(4) dit elle à son intention avec un large sourire. “I made a beautiful collection of various objects to torture the dicks during my travels, I will make you benefit from some.5” en montrant son coffret ouvert. Elle prit chacun d’eux l’un après l’autre et les lui montra. Des sondes urétrales de toutes tailles et de tous modèles, des anneaux de Kali aux dents plus ou moins longues et acérés, des écarteurs d’urètre a deux et trois tiges … Elle plaça deux anneaux de Kali, l’un avec des pointes nombreuses et fines, réglable en diamètre qu’elle serra au maximum à la base de la bite. L’autre près du gland avec moins de pointes mais vissables. Le pénis s’était rétracté mais Maîtresse Kim réveilla son ardeur ce qui entraîna la pénétration douloureuse des pointes dans la chair.Maitresse Kim prit dans le coffret une sonde urétrale de bon diamètre qu’elle enfonça brusquement puis retira et remit à plusieurs reprises arrachant un hurlement kurtköy escort de douleur à Hubert à chaque fois. Elle testa plusieurs sondes de formes diamètre et longueurs variées. Elle surveillait son visage et on la vit sourire à la camera avec satisfaction en le voyant se tordre de douleur et ses larmes couler abondamment.Après les sondes vint un écarteur à trois branches, branches qui furent bien sûr écartées au maximum ! Hubert avait l’impression que sa pauvre bite était déchirée de l’intérieur et allait éclater comme une banane trop mure.“I think that’s enough for today, I still have some interesting little objects, some of which are electric, but it will be for another time …(6)“ dit enfin Maîtresse Kim en retirant l’écarteur. “You resisted well, slave, I congratulate you, your Mistresses will be proud of you. To reward you, I’m going to give you a little gift.(7)”On la vit s’éloigner un instant puis revenir avec une paire de sandales dont les talons étaient de fines tiges d’acier chromé d’au moins quinze centimètres. “I like them a lot and my submissives also!(8)” Et en même temps qu’elle prononçait ces paroles, elle enfonça d’un coup sec le talon d’une des mules dans la bite d’Hubert. Le hurlement qu’il poussa dut s’entendre dans la maison. “It would be a shame if you lost it, I’ll tie it up.(9)” Avec une ceinture, elle attacha la sandale sur son ventre de manière à immobiliser à la fois la sandale et sa bite avec le talon à l’intérieur. L’autre sandale fut suspendue à une chaîne tendue entre ses tétons toujours serrés à la base par le fil et pris dans des pinces crocodile très serrés. “Good night, slave!(10)” lui dit-elle avant de le détacher de sur le lit et le rattacher par les poignets au pied du lit. Maîtresse Kim fourra une de ses culottes portées dans la bouche d’Hubert. “Another gift for you, slave, enjoy the scent of your Goddess!”(11) La vidéo se terminait par des gros plans de la bite d’Hubert, de ses tétons et de son visage défait et en larmes. La lumière éteinte dans la chambre on n’entendait plus que les sanglots étouffés de l’esclave.Le lendemain matin elle récupéra ses sandales et ses pinces mais laissa la culotte, qu’il avait suçotée toute la nuit, étalée sur son visage. Et c’est dans un état lamentable que Marion le récupéra plus tard. Il mit deux jours à se remettre de la visite de Maîtresse Kim et il suffisait de mentionner son nom par la suite pour qu’il se mette à trembler de peur.Les Maîtresses applaudirent à tout rompre à la fin de la vidéo. Elles se promirent, de la visionner à nouveau plus tard. Margot regretta de n’avoir pu rencontrer Kim. Les soumis couchés à leurs pieds et qui avaient subi les semelles et les talons effilés des Maîtresses sur leurs bouches, leurs tétons et leurs couilles durant tout la projection furent mis à genoux face à l’écran à titre pédagogique et ils durent visionner toute la vidéo. A la fin, Maîtresse Marion leur promit que s’ils n’étaient pas parfaitement obéissants il leur arriverait la même chose !A suivre Chapitre 28 redressement(1) Viens ici, esclave(2) Je sais que tu comprends l’anglais, Esclave ! Regard, ces griffes sont fabriquées en Chine. C’est dommage que je ne puisse pas les utiliser sur tes yeux… Mais ne t’inquiète pas, je ne le ferai pas !(3) Lèche !(4) Comme ça tu ne manquera rien du spectacle, esclave…(5) Je me suis fait une belle collection d’objets variés pour torturer les bites durant mes voyages, je vais te faire bénéficier de quelques uns(6) Je pense que c’est assez pour aujourd’hui, j’ai encore quelques petits objets intéressants, dont certains électrique, mais ce sera pour une autre fois(7) Tu as bien résisté, esclave, je te félicite, tes maîtresses seront fières de toi. Pour te récompenser, je vais te faire un petit cadeau.(8) Je les aime beaucoup et mes soumis aussi(9) Ce serait une honte que tu la perde, je vais l’attacher(10) Bonne nuit, esclave(11) Un autre cadeau pour toi, esclave, Apprécie le parfum de ta déesse !

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Yayımlayan

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir